Alger la Blanche

Aéroport d'Alger

Mise en concession de l'aéroport d'Alger, le ministre rassure« Il n'y aura pas de compression d'effectifs ». Le ministre des Transports, Abdelmalek Sellal, a présenté hier lors d'une rencontre d'information tenue à l'hôtel Mercure d'Alger les grandes lignes de la mise en concession de l'aéroport international d'Alger. Tout en rappelant que la banque d'affaires américaine, la Sterling Merchant Finance, accompagne le gouvernement algérien dans la mise en uvre de cette concession, le ministre a noté l'importance de ce projet pour le pays.

Il a également mis l'accent sur les opportunités d'investissement offertes aux opérateurs économiques privés dans ce cadre. « La mise en concession de l'aéroport d'Alger, la deuxième grosse opération engagée par l'Etat après celle des lignes GSM, ouvre la voie à d'autres investissements dans le secteur des transports », a déclaré M. Sellal devant les représentants de la Chambre algérienne du commerce et d'industrie (CACI), de l'Association professionnelle des banques (APB) et du patronat algérien. Le métro d'Alger pourrait subir la même opération dans un proche avenir, selon M. Sellal. Ce dernier précisera, par ailleurs, que la mise en concession de l'aéroport ne vise pas à privatiser cette structure aéroportuaire et à compresser l'effectif actuel. « Nous n'avons rien à cacher dans cette affaire. Tout se fera dans la transparence. Nous uvrons surtout pour l'amélioration de la qualité des services aux fins de répondre aux normes internationales. L'aéroport d'Alger est extrêmement important sur le plan économique, et notamment à l'échelle africaine », ajoutera encore le ministre des Transports.

Pour rappel, cette rencontre, la première du genre depuis le lancement de l'appel d'offres en avril dernier intervient à deux mois de la désignation du futur concessionnaire de l'aéroport international d'Alger. Car, faut-il le noter, l'opérateur devant finaliser les travaux de la nouvelle aérogare d'Alger, du parking avions et des aires de stationnement des véhicules, sera sélectionné le 18 septembre prochain. Cet opérateur aura, selon M. Brarhi, directeur de l'Entreprise de gestion des structures aéroportuaires (EGSA), un délai de trois ans à compter de la signature du contrat de concession pour couronner les travaux et entamer par la suite la mise à niveau de l'actuel aéroport. La nécessité de relancer le chantier bloqué depuis plus d'une décennie (fin des années 1980) et achevé à hauteur de 98 % s'explique par la croissance rapide du trafic qui se chiffre à environ quatre millions de passagers, en hausse sur l'année 2001 de 40,8 % pour le trafic national, et de 17,6 % pour le trafic international. D'ici quelques années, ils seront environ 20 millions de passagers, d'après les estimations du ministre. Le parachèvement des travaux permettra sans doute d'améliorer la politique de gestion.

Samira I.


A la Une
Algérie
Monde
Economie
Culture
Sports
Sciences
Informatique
Alger
Blida
Boumerdès
Tipaza