Alger la Blanche

Les aârouch réunis hier à Ifri

Les délégués du mouvement citoyen se sont ressourcés à Ifri à l'occasion du 47e anniversaire du Congrès de la Soummam. Les représentants des aârouch ont organisé une veillée ce mardi au musée d'Ifri, où une gerbe de fleurs a été déposée devant le monument aux suivi d'une minute de silence (Algérie Info).

Le lendemain mercredi, des incidents ont marqué les activités des aârouch prévues à Ighzer Amokrane. Et pour cause, le FFS a prévu au même moment un meeting animé par des membres de la direction du parti. Alors que les délégués de l'interwilayas ont improvisé une marche à partir du monument des martyrs, où une gerbe de fleurs a été déposée, en direction du siège de l'APC (FFS) pour un autre dépôt d'une gerbe de fleurs sur les tombes des victimes du Printemps noir, un clash a failli se produire car c'est à ce moment précis que la délégation du FFS gonflée par des militants ramenés de Draâ El Mizan, Tizi Ouzou, Tazmalt, Akbou mit en branle son cortège au milieu de la foule des aârouch pour rejoindre Ifri. Un geste perçu comme une provocation de la part de la formation d'Aït Ahmed. Il n'y a pas que ça. Lors du meeting du mouvement citoyen, des pierres ont été lancées sur la tribune. On n'a pas tardé à accuser les militants du FFS. La situation a failli dégénérer n'était la sagesse des délégués qui n'ont cessé d'appeler au calme. Lors de leurs prises de parole, les intervenants du mouvement citoyen, soit deux par coordination de wilaya, ont tous fait la jonction entre le combat libérateur structuré dans la plate-forme de la Soummam et le combat pour la citoyenneté estampillé dans la plate-forme d'El Kseur. Une plate-forme pour la mise en uvre de laquelle M. Bouteflika veut ouvrir un dialogue avec les aârouch.

Sur ce point précis, les orateurs, à l'image de Belaïd Abrika de la CADC de Tizi Ouzou et Saliha Abdenbi de la coordination d'Alger ont rappelé les préalables du mouvement citoyen pour l'entame de tout dialogue avec le Pouvoir.
Les intervenants, conjoncture politique oblige, ont dénoncé la suspension des six journaux, une suspension qu'ils jugent arbitraire et anticommerciale. A ce propos, ils n'ont pas manqué d'apporter leur soutien à toute la presse et se disent d'ores et déjà prêts à participer à la marche des journalistes de Tizi Ouzou prévue samedi prochain à la ville des Genêts.

Par ailleurs, la coordination interwilayas, qui s'est réunie en commission restreinte à Ifri, a adopté une déclaration politique dans laquelle le mouvement citoyen estime que « les espoirs du peuple algérien, à qui on a confisqué une indépendance chèrement acquise, demeurent entiers malgré une option franchement dictatoriale du Pouvoir qui n'a recours qu'aux pratiques maffieuses pour pouvoir perdurer ». Alors que l'on s'attend à l'amorce d'un dialogue réel pour la mise en uvre de la plate-forme d'El Kseur, ajoute la déclaration, « le Pouvoir maffieux et assassin a mis à exécution ses menaces de suspension de certains titres de la presse écrite hypothéquant ainsi toute issue à la crise qui perdure depuis 28 mois ». texte de Yahia Arkat.


A la Une
Algérie
Monde
Economie
Culture
Sports
Sciences
Informatique
Alger
Blida
Boumerdès
Tipaza