Alger la Blanche

L’inventeur du MP3 veut immatriculer la musique en ligne

 
Même si le Fraunhofer Institute, inventeur du MP3, n’apprécie pas de voir celui-ci devenir le format fétiche des utilisateurs du peer to peer, il a fait le choix de ne pas restreindre les droits des utilisateurs.
Posté le jeudi 16 février 2006.

Cet institut a donc développé depuis deux ans un système de marquage et de détection des fichiers musicaux. Présenté lors du dernier Midem 2006, celui-ci est déjà utilisé par une dizaine de sites marchands dans le monde (dont SonyConnect Austria). Et pourrait atteindre la France, puisque MusicTrace commence à prospecter auprès des boutiques hexagonales en ligne.

Commercialisée par la société MusicTrace, une filiale du Fraunhofer Institute, cette solution se compose de deux parties. La première, appelée Watermark Embedding, est une immatriculation logicielle ajoutée à chaque morceau de musique lors de son achat. Intégrée au cœur du fichier numérique, elle n’en altère pas la qualité sonore, mais lie le fichier à l’acheteur. Celui-ci pourra en disposer à volonté, le transférer sur un ou plusieurs ordinateurs ou sur n’importe quel baladeur sans restriction, en conservant l’immatriculation à chaque passage.

MusicTrace n’installe pas directement cette protection. « Nous nous contentons d"accorder aux distributeurs de musique une licence d"exploitation des outils logiciels », explique le porte-parole de MusicTrace.

Un robot pisteur pour détecter les fuites

En revanche, la société se charge, à la demande de ses clients, d’activer la seconde partie de sa solution, NetTrace. Ici, il s’agit d’un logiciel robot qui surfe sur le Web et les différents réseaux de peer-to-peer à la recherche de morceaux de musique porteurs d’une « watermark ». Une fois l’une d’entre elles retrouvée, le robot en conserve une copie comme preuve et extrait de l’immatriculation du morceau soit le numéro de la transaction initiale, soit le numéro d’identification de l’acheteur. À charge pour les clients de MusicTrace - les sites de vente en ligne - de chercher dans leur fichier l’identité des acheteurs et d’engager d’éventuelles poursuites contre eux. A charge pour eux, aussi, d"obtenir l"accord de la CNIL.

S’il ne restreint pas les droits de l’utilisateur, ce système n’est pas encore parfait. Pour l’instant, le Watermark Embedding ne peut être installé que sur des fichiers au format MP3, peu utilisés par les boutiques en ligne. Des développements sont en cours pour en créer une version pour le AAC (format utilisé par iTunes Music Store), le MP3PRO et le MP3 Surround.

Source : 01net


A la Une
Algérie
Monde
Economie
Culture
Sports
Sciences
Informatique
Alger
Blida
Boumerdès
Tipaza