Alger la Blanche

La super-coupe d’Algérie pour le MC Alger

 
En dépit du temps printanier et du fait que c’était un jour de repos, cette super coupe d’Algérie entre le MC Alger et la JS Kabylie n’a pas fait déborder le stade du 5-Juillet.
Posté le jeudi 2 novembre 2006.

Ils étaient bien 30 à 35.000 spectateurs au coup d’envoi de ce match qui a été marqué par une surprise bien avant son coup d’envoi. Il s’agit de l’absence de Moussa Saïb, le co-entraîneur de la JSK dont on pensait qu’il serait bien là pour coacher son équipe en compagnie de Azzedine Aït Djoudi. « Je ne l’ai pas vu. Il s’est présenté à l’hôtel où étaient en regroupement les joueurs et a indiqué à Aït Djoudi qu’il était malade et qu’il devait rentrer chez lui », nous a dit Moh Chérif Hannachi lorsque nous l’avons rencontré dans le vestiaire de son équipe, au moment où ses joueurs recevaient les ultimes consignes d’avant-match de la part du seul coach qui restait.

Nous avons bien sûr questionné Hannachi au sujet d’un éventuel contact qu’il aurait pris avec Saïb. La réponse a été négative. « Non je ne l’ai pas contacté », nous a-t-il affirmé. Pourquoi l’aurais-je fait ? Il a annoncé qu’il était malade que voulez-vous que j’y fasse ? Ce contre-pied « saïbien » jouait bien sûr en défaveur de la JSK, déjà bien handicapée par l’absence de trois de ses éléments clés, à savoir Yacef (suspendu), Daoud et Dobo (tous les deux blessés). Une JS Kabylie où Boudjakdji était parmi les remplaçants. Une situation vécue également par Zemit du côté du Mouloudia d’Alger, au sein duquel l’effectif n’a pas subi de gros changements.

Ces paramètres ont eu leur influence dans la mesure où des deux équipes, celle qui a le mieux abordé le match, c’est celle du MCA qui a eu affaire à une formation de la JSK, très prudente où le seul Hemani, sur le front de l’attaque, était voué à une tâche insurmontable. L’essentiel du jeu s’est donc manifesté durant les premières minutes de jeu dans le périmètre de la JSK, dont les défenseurs et le gardien Chaouchi ont été appelés à une extrême vigilance. Encore qu’ils ont été aidés quelque part par les ratés de leurs adversaires, lesquels, malgré leur domination, ont dû attendre la 18’ pour comptabiliser leur première occasion avec une ouverture de Badji au profit de Younès, dans l’axe ; le tir croisé de ce dernier, étant facilement arrêté par Chaouchi.

La JSK, quant à elle, ne se montrait pas tellement en attaque, mais à la 25’, elle a été bien près d’ouvrir le score sur un coup franc tiré en profondeur par Hamlaoui et dont Zafour a raté l’interception de la tête, de très peu. Il ne s’était agi que d’une simple réaction des Canaris, car très vite, le Mouloudia a repris sa domination tout aussi stérile qu’auparavant. Cependant, la fin de la première mi-temps devait voir la JSK passer de pénibles moments. En effet, on jouait la 40’ lorsque, sur une action de dégagement et Ouslati s’est fait prendre le ballon par Badji. Ce dernier a alerté aussitôt Younès, parti dans le dos de la défense de la JSK, mais couvert par Zafour qui traînait. L’ex-Harrachi a laissé alors sortir Chaouchi à sa rencontre et a servi Bouguèche qui n’a plus eu qu’à ouvrir le score.

La JSK n’en avait pas fini avec ses déboires puisque deux minutes plus tard, sur une incursion de Badji sur le côté gauche, Harkat n’a pas eu d’autre moyen que celui de le bousculer. Penalty et carton jaune pour Harkat. Comme il s’agissait du second, ce dernier était exclu. Manque de chance pour le MCA, Belkaïd, chargé de tirer le penalty, a raté complètement son tir au point de faire une passe à Chaouchi. Bref, que des émotions en cette fin de première mi-temps avec une JSK réduite à 10 et pour laquelle la Super coupe semblait s’éloigner.

Après le repos, on allait droit à une nouvelle pression mouloudéenne dans le camp adverse. A la 53’, une très grosse occasion ponctuée par une ouverture de Hedjadj n’a pu être mise à profit par Bouguèche absolument seul dans les 6 mètres. Ce dernier n’a pas trouvé mieux que de tirer à côté. Ce qui a failli coûter cher au MCA. En effet, Aït Djoudi avait choisi d’amener plus de jeu à la ligne d’attaque en remplaçant Hemani, physiquement, pas au point, par Atmani et Meftah Mohamed par Saïbi. Ce changement a eu tout de suite des répercussions puisqu’à la 55’, on a assisté à un mouvement offensif de la JSK lancé par Douicher sur le côté gauche. Ce dernier, après avoir résisté à un adversaire, a profité d’une mauvaise sortie de Abdouni, pour glisser le ballon au fond du filet. Tout est donc à refaire dans ce match.

Mais à 11 contre 10, il était évident que le Mououdia allait se reprendre. Cependant même en infériorité numérique, les Canaris réussissaient quelques incursions dans le périmètre mouloudéen mais en fait le vrai danger planait de l’autre coté. Si bien qu’ à la 75’, une attaque des Vert et rouge bâtie, depuis l’aile droite et sur un centre en cloche adressé par Hosni permit à Belkaïd posté à l’entrée des 18 mètres de la JSK sur le côté gauche d’avoir raison de la vigilance de Chaouchi. L’avantage du MCA ne se discutait pas et il devait s’avérer décisif car concrétisant la victoire des Vert et Rouge qui aura été marquée par une très chaude ambiance dans les tribunes du stade du 5 juillet.

Avec l’Expression


A la Une
Algérie
Monde
Economie
Culture
Sports
Sciences
Informatique
Alger
Blida
Boumerdès
Tipaza