Alger la Blanche

Medgaz investira 900 millions d’euros

 
Le conseil d’administration de Medgaz SA, société chargée de la conception, la construction et l’opération du gazoduc Algérie-Europe via l’Espagne, a pris, jeudi à Madrid, la décision d’investissement (FID), selon un communiqué de la société.
Posté le samedi 23 décembre 2006.

Cet événement marque la fin de l’étape des permis et des autorisations pour laisser place à la construction, selon la même source. Medgaz a obtenu toutes les autorisations administratives dans les délais prévus. La réunion a débouché sur un nouvel accord d’actionnaires, l’adjudication des contrats de travaux et l’approbation de l’investissement définitif. En plus de la décision d’investissement qui a été prise, le conseil d’administration a décidé de reconfigurer l’actionnariat.

Celui-ci a été défini en fonction des contrats d’approvisionnement en gaz, selon la même source. Ainsi, Sonatrach, qui disposera de 2,88 milliards m3 transitant par le gazoduc qu’elle vendra directement sur les marchés espagnol et français, sera majoritaire avec 36% des parts dans la société. Les compagnies espagnoles Cepsa et Iberdrola, qui disposent respectivement de 1,6 milliard de mètres cubes chacune, seront actionnaires à hauteur de 20% chacune. La compagnie Endesa et la compagnie française Gaz de France, avec une quantité de 0,96 milliard de mètres cubes pour chaque entreprise, auront 12% de parts chacune, selon les décisions du conseil d’administration.

Cette reconfiguration remplace l’ancienne, après le retrait de BP et Total, qui ne disposaient pas de gaz dans le projet. La société Medgaz investira environ 900 millions d’euros, selon le conseil d’administration. Ce chiffre inclut les sommes déjà investies dans le projet ainsi que le coût de la construction et la mise en marche d’un premier gazoduc (ayant une capacité de 8 milliards m3/an) et la préinstallation d’une future expansion sur les tronçons littoraux, selon la même source. Medgaz s’est engagée à respecter les normes internationales les plus exigeantes dans tous les aspects relatifs à l’environnement, à la sécurité et à la santé des personnes.

Pour la construction du gazoduc, Medgaz a adjugé les contrats principaux, selon le conseil d’administration. Les premiers appels d’offres ont été lancés suivant les procédures accordées avec les autorités compétentes début 2006. Toutes les entreprises adjudicataires sont spécialisées dans ce type d’infrastructures et emploient les technologies les plus avancées et jouissent d’un prestige international reconnu, selon Medgaz. Le gazoduc aura une capacité initiale de 8 milliards m3/an et transportera le gaz naturel de Beni Saf en Algérie vers Almeria en Espagne. Sa longueur sera de 210 km sous la mer avec une profondeur maximale de 2160 m.

En Espagne, il sera connecté au gazoduc qui relie Almeria à Albacete, qui appartient à la compagnie espagnole Enagas, et devra s’intégrer au système gazier espagnol et européen. La société Medgaz devra également construire une station de compression à Beni Saf et un terminal de réception à Almeria. Le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, avait déclaré, au mois de novembre, que le contrat de réalisation avait été attribué à la compagnie italienne Saipem, leader dans le monde dans le segment des gazoducs sous-marins. Les travaux de réalisation commenceront en 2007 et la mise en service est prévue pour 2009.

Selon El Watan


A la Une
Algérie
Monde
Economie
Culture
Sports
Sciences
Informatique
Alger
Blida
Boumerdès
Tipaza