Alger la Blanche

La douane algérienne resserre l’étau

 
Spectaculaire coup de filet que celui que viennent d’opérer les services de Douane algérienne. En effet, pas plus loin que la semaine dernière, les éléments de cette institution ont procédé à la saisie de vingt (20) conteneurs renfermant une quantité impressionnante de produits prohibés.
Posté le jeudi 21 juillet 2005.

La moitié de ces conteneurs, soit dix, contiennent de la friperie. Le reste, ce sont des conteneurs de produits pyrotechniques, au nombre de trois ; quatre conteneurs de pièces de rechange, deux conteneurs de tracteurs routiers démontés ainsi qu’un conteneur renfermant pas moins de 80.000 armes blanches. Pourtant l’importation de ce genre de produits est strictement interdite par la loi. En provenance de Dubaï et de Marseille, la valeur marchande des dix derniers conteneurs est estimée à 12 milliards de centimes. Ils sont entreposés au niveau du port sec CMA, sis dans la zone industrielle de Rouiba.

Le directeur de la communication auprès de la direction générale des Douanes algériennes, Omar Moualhi, a indiqué, lors d’un point de presse animé hier en marge de la visite organisée au profit des journalistes dans ce port sec, que « la plupart des produits saisis ont été introduits au pays par des importateurs utilisant des prête-noms. Ce qui rend encore la mission des douaniers plus compliquée que jamais ». M.Moualhi a déclaré en outre, que cinq personnes physiques impliquées dans cette affaire ont été arrêtées. Elles seront traduites devant la justice après la fin de l’enquête qui est en cours.

D’autre part, ce qui rend la mission des services des Douanes plus compliquée, ce sont ces soi-disant importateurs algériens travaillant en étroite collaboration avec des réseaux de trafiquants étrangers, notamment ceux spécialisés dans le trafic de véhicules. Il convient de souligner en ce sens que les 150 tracteurs routiers saisis, importés de Marseille sont vétustes et inutilisables. Il est donc clair que des Algériens ont été floués par ces trafiquants. Dans cette optique, le directeur régional du port d’Alger, Reg Benameur, a déploré le manque de collaboration dont fait preuve la direction du port de Marseille, le point de départ des véhicules trafiqués. Pis encore, même les opérateurs étrangers à qui on a octroyé des registres du commerce algériens ont mis la main à la pâte et se sont « investis » dans ce genre de trafic ! Pour le moment, aucune information n’a filtré sur ce phénomène, mais on assure que le nombre de ces opérateurs étrangers n’est pas important.

La direction des Douanes algériennes, il faut le dire, a réussi, tant bien que mal, à resserrer l’étau sur les réseaux de trafiquants activant dans les différents domaines. Ces derniers temps, une véritable chasse aux trafiquants a été déclarée par cette institution contre ces pseudo-importateurs, et fraudeurs confirmés. A titre indicatif, l’institution douanière a procédé, la semaine dernière, à la saisie de cinq conteneurs de produits pyrotechniques. Ce travail a été réalisé grâce à la stratégie de lutte contre la fraude mise en place par le directeur général des Douanes algériennes, Sid-Ali Lebib. Aussi, au moment où nous mettons sous presse, on apprend qu’un autre conteneur de pétards a été saisi au niveau du port de Ghazaouet, à l’ouest du pays. Dans la wilaya d’Oran, la commission de constatation des avaries procédera samedi et dimanche prochains, à la destruction des produits stockés dans 8 conteneurs, sur un ensemble de 19 en souffrance au port depuis deux ans. Ces marchandises importées d’Amérique latine et de pays européens sont stockées dans des conteneurs dont l’immobilisation dans l’enceinte même du port constitue une obstruction à son activité normale.

Malheureusement, cette entrave n’est pas seulement connue par le port de la capitale de l’Ouest, mais elle est présente également dans la zone portuaire d’Alger. En effet, les trois ports secs que compte la wilaya d’Alger ne sont plus en mesure d’accueillir les 400.000 conteneurs qui affluent au port d’Alger. Toutefois, le directeur régional du port d’Alger, M.Reg, a souligné que quatre nouveaux ports secs seront construits prochainement. Ce qui contribuera efficacement à désengorger la zone portuaire algéroise.

Aussi, la direction générale des Douanes algériennes avance des chiffres très significatifs, voire éloquents, quant au nombre de conteneurs de produits prohibés saisis depuis l’année dernière. Par ailleurs, les services de la douane ont la semaine dernière, saisi une quantité de 400 plaques de résine de cannabis, d’environ 100 kg. Cette importante saisie a été effectuée à Beni Saf, dans la wilaya de Tlemcen. Une enquête pour remonter la chaîne de la bande impliquée dans cette affaire, a été tout de suite ouverte. L’activité des services de la douane ne s’arrête pas au niveau du port mais va bien au-delà pour atteindre l’aéroport. A ce niveau, la traque des trabendistes s’est soldée, depuis le début de l’année en cours, par la saisie de 24 kg d’or, 3400 téléphones portables ainsi que l’équivalent de sept à huit conteneurs d’effets vestimentaires.

Source : lexpressiondz.com


A la Une
Algérie
Monde
Economie
Culture
Sports
Sciences
Informatique
Alger
Blida
Boumerdès
Tipaza