Alger la Blanche

Londres et Le Caire en état de siège

 
Comme une bête blessée, l’État égyptien lance une offensive tous azimuts pour mettre la main sur les auteurs des attentats dans la station balnéaire de Charm Al-Cheikh qui ont fait plus de 88 morts.
Posté le lundi 25 juillet 2005.

Des descentes de la police égyptienne dans la péninsule du Sinaï et à Charm Al-Cheikh ont débouché sur l’arrestation de 95 personnes. Certaines d’entre elles avaient été relâchées récemment après avoir été détenues dans le cadre de l’enquête sur les attentats ayant coûté la vie à 34 personnes en octobre 2004 dans une autre station balnéaire du Sinaï, Taba, et ses environs. Le ministre de l’Intérieur, Habib Al-Adly, a affirmé que les enquêteurs avaient des indices établissant un lien éventuel entre toutes ces attaques. Le président Moubarak, en visite, samedi dernier, sur les lieux du drame, a qualifié “d’acte criminel, lâche” l’attaque, estimant qu’elle renforcera sa détermination “à poursuivre la lutte contre le terrorisme et à l’éradiquer”.

Le coup dur porté par ces attentats à l’image de marque du régime de Hosni Moubarak, qui remettra en jeu son mandat présidentiel en septembre prochain, et le reflux des touristes qui quittent précipitamment le pays expliquent pour beaucoup l’ampleur de cette chasse à l’homme. Au total, 46 vols ont quitté la ville samedi avec 6 548 passagers, contre 51 vols arrivés avec seulement 2 941 personnes à bord, selon les chiffres officiels publiés par l’agence de presse égyptienne Mena. En 2004, rappelons-le, l’Égypte a engrangé grâce au tourisme 6,1 milliards de dollars sur une recette globale de 10 milliards de dollars.

D’une part, et alors même que les investigations de police se poursuivaient, un égyptien de 33 ans avait été grièvement blessé dans le quartier Qerdassa au sud du Caire lors d’une explosion. Selon une source sécuritaire citée par l’AFP, il s’agissait d’une bombe artisanale que l’homme transportait dans un sac. Information démentie par le ministère de l’Intérieur qui, dans un communiqué, précisait que la déflagration a eu lieu alors que la victime présentée comme un “collectionneur passionné de vieux objets” manipulait sa collection chez lui et que “l’un d’eux (avait) explosé”.

D’autre part, suite à une bavure, vendredi, de Scotland Yard au cours de laquelle un Brésilien a été tué à la station de métro de Stockwell au sud de Londres, le ministre brésilien des Affaires étrangères, Celso Amorim, s’est déplacé, hier, en Grande-Bretagne.

En outre, même si la police britannique a endossé sa “pleine responsabilité” concernant la mort du ressortissant brésilien qui “n’était pas liée” à l’enquête sur les attentats manqués de jeudi dernier, une trentaine de Brésiliens a manifesté, hier, devant le siège de la police britannique en clamant que le “Pardon n’est pas suffisant”.

Par ailleurs, Scotland Yard a annoncé, hier, qu’un troisième homme a été arrêté, ce jour, par la police au sud de Londres dans le cadre de l’enquête sur les attentats du 21 juillet dans la capitale britannique, a annoncé Scotland Yard. En outre, plusieurs dizaines de membres du British National Party (BNP, extrême droite) ont manifesté leur hostilité vis-à-vis de l’Islam, hier toujours, non loin de la mosquée de Regent’s Park à Londres où se tenait une conférence à laquelle avaient été invités des intellectuels musulmans.

Source : Liberté


A la Une
Algérie
Monde
Economie
Culture
Sports
Sciences
Informatique
Alger
Blida
Boumerdès
Tipaza