Alger la Blanche

GSPC prêche contre la réconciliation en Algérie

 
Le GSPC a multiplié les attentats et les opérations de racket en Algérie, menaçant même les Algériens résidant ou séjournant en France au moment où le chef de l’État a lancé la campagne pour la réconciliation nationale.
Posté le mercredi 31 août 2005.

Après avoir soutenu et appuyé l’organisation d’Oussama Ben Laden dans l’assassinat de nos deux diplomates à Bagdad, le GSPC part en guerre contre le projet de charte pour la paix et la réconciliation nationale, annoncé par le président de la République. Une quinzaine de terroristes armés de kalachnikovs a investi, lundi aux environs de 22 heures, le village de Sidi Hadj Hssiyane situé à quelques encablures du chef-lieu communal de Chemini (wilaya de Béjaïa).

Selon des témoignages recueillis, hier auprès des villageois, le groupe armé a rassemblé par la force quelques dizaines de citoyens et s’est livré à un véritable “prêche” contre la charte pour la paix en critiquant sévèrement le projet du chef de l’État.

Les terroristes, en treillis et tenue afghane, armés jusqu’aux dents, ont tenté vainement de convaincre les villageois du bien-fondé de leur action tout en rejetant les mesures promises par le gouvernement après le 29 septembre prochain, date à laquelle le peuple se prononcera par voie référendaire sur la charte présidentielle. Après avoir terminé le prêche, les terroristes se sont ensuite approvisionnés en denrées alimentaires avant de reprendre la route vers leur maquis sur les monts de l’Akfadou, à une dizaine de kilomètres de Chemini.

Cette incursion, que l’on peut qualifier de “campagne anticharte”, n’est pas la première du genre dans cette région de Kabylie où les repaires du GSPC sont nombreux. Récemment, un groupe de cette organisation terroriste, affiliée à Al-Qaïda de Ben Laden, avait mené une incursion dans un établissement hôtelier et prêché contre la réconciliation nationale.

Il faut dire que le GSPC, qui a menacé de s’en prendre aux Algériens résidant ou séjournant en France, a multiplié ces derniers jours les attentats et autres opérations de racket. Il y a quelques jours, un groupe armé s’est emparé d’un camion-citerne dans le parc communal de Sidi-Aïch (Béjaïa). Des automobilistes avaient été, par ailleurs, rackettés lors d’un faux barrage dressé en début de semaine sur les hauteurs de la commune de Chellata, dans la daïra d’Akbou.

Dans la nuit de dimanche à lundi, deux militaires et un civil avaient été blessés dans une embuscade tendue par le GSPC à hauteur du col de Tirourda sur la RN33. Dans la wilaya de Boumerdès, où les groupes du GSPC continuent à semer la mort, la situation demeure difficile en dépit d’opérations menées par les services de sécurité. Mercredi dernier, un carnage a été évité de justesse dans la ville de Bordj Menaïel où une bombe de forte puissance avait été désamorcée in extremis par les artificiers dépêchés en urgence d’Alger.

Ce “redéploiement” des groupes du GSPC intervient au moment où la campagne pour le référendum est enclenchée. Le président de la République avait annoncé des mesures exceptionnelles pour les terroristes n’ayant pas commis de crimes de sang ou déposé des bombes dans des lieux publics mais avait exclu, du moins dans l’immédiat, une amnistie générale.

Par Liberté


A la Une
Algérie
Monde
Economie
Culture
Sports
Sciences
Informatique
Alger
Blida
Boumerdès
Tipaza