Alger la Blanche

Benbada : Pas de banque spécialisée pour les PME

 
Le ministre de la PME et de l’Artisanat, Mustapha Benbada, n’a pas eu gain de cause pour la création d’une banque spécialisés pour les petites et moyennes entreprises.
Posté le mardi 17 janvier 2006.

Hier, lors de son passage au Forum d’ El Moudjahid, Benbada a déclaré : “Nos banques ne sont pas outillées pour jouer le rôle d’accompagnement. C’est pour cela qu’au sein du ministère des mesures ont été prises. Cependant, nos actions restent limitées.” Et d’ajouter : “J’ai plaidé pour la création d’une nouvelle banque pour les PME au sein du gouvernement mais je n’ai pas eu gain de cause. On m’a retourné mon propre argument : comment voulez-vous qu’il n’y ait qu’une seule banque pour les 95% de nos entreprises qui sont des PME ?” Conclusion : le seul moyen trouvé pour pallier ce manque est la modernisation de nos banques. “Avec le ministre des Finances, nous incitons les banques à s’inscrire dans des cycles de formations. Car le tout est dans la richesse de la ressource humaine”, a expliqué M. Benbada.

Ce dernier avait, au mois de septembre dernier, insisté sur la nécessité de mettre en place une banque spécialisée dans le financement des PME, à l’image de la Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR) qui s’occupe exclusivement de l’agriculture, de la pêche et de l’agroalimentaire. Il a même suggéré la Banque du développement local (BDL) “dont une grande partie de sa clientèle sont des PME”. Une proposition tout simplement déboutée. Présentant son secteur, le ministre de la PME et de l’Artisanat a noté qu’au 1er semestre 2005, 329 338 PME ont été enregistrées dont 236 727 PME privées, 778 PME publiques et 91 833 artisans. Le nombre des salariés dans ce secteur est de 865 932 dont 609 886 déclarés dans les PME privées, 71 826 dans les PME publiques et 184 220 artisans. “C’est un secteur qui connaît une croissance de 8% avec une augmentation annuelle en 2004 de 17 500 PME”, a encore précisé M. Benbada.

La contribution de la PME au produit intérieur brut est de 1 884 milliards de dinars, soit 77% hors hydrocarbures. Avançant le chiffre de 500 PME exportatrices, le ministre a noté qu’”un effort très important doit se faire pour remédier à cette situation. Car il y a peu d’entreprises qui exportent”. Pour ce qui est du Fonds de garantie des crédits aux PME (FGAR), cette institution a pris en charge, depuis sa création en 2004, 83 PME au 15 janvier 2006. Le coût des projets garantis est estimé à plus de 5,6 milliards de dinars avec un montant de crédits de 3,5 milliards de dinars Par le système d’information du secteur, rappelle M. Benbada, il a été réalisé entre autres des études économiques de 10 branches en deux années.

Aussi, le recensement général des entreprises économiques avec le CENEAP et la Banque mondiale est en cours. Avec l’entrée en vigueur de l’accord d’association avec l’Union européenne depuis septembre 2005, le ministère de la PME lancera, courant 2006, un programme national de mise à niveau (PMN) des PME dont l’exécution sera confiée à l’Agence nationale de développement de la PME. Le financement du PMN est basé sur un budget fixé à 1 milliard de dinars conformément à la décision du Conseil des ministres lors de la session du 8 mars 2004.

Source : Le Soir d’Algérie


A la Une
Algérie
Monde
Economie
Culture
Sports
Sciences
Informatique
Alger
Blida
Boumerdès
Tipaza