Alger la Blanche

Tipaza

Située sur la cote, au pied du mont Chenoua, a l'extrémité des collines du Sahel, Tipaza a le charme que confère la proximité de la montagne et de la mer.

Bien abritée par le Chenoua, cette ville-port, fut un site idéal, choisi par les Phéniciens sur la route des Colonnes d'Hercule (Cibraltar), pour établir un de leurs fameux comp­toirs. Les vestiges de l'époque démontrent l'importance de Tipaza qui connut un essor remarquable sous le règne du souverain numide juba.ll. Tipaza devint le prolongement de Césarée, et il y fut créé un véritable foyer d'Art et de Culture gréco-latine, où fleurirent aussi des éléments de la culture numide ( Photos de Tipaza ).

Au I er siècle de notre ère, sous le principat de Claudius, Tipaza devint colonie latine, pour se transformer, au II ciècle,en colonie romaine et s'agrandir vers l'ouest au dépend d'une ancienne nécropole .la muraille qui entourait la ville était longue de plus de 2 km. Tipaza fut aussi un des grands foyers du christianisme africain, religion nouvelle qui aura d'importantes répercussions sue la vie politique de l'époque. Les monuments religieux ,les basiliques et les inscriptions attestent de l'ampleur prise par le christianisme à Tipaza ,comme d'ailleur dans toutes les autres villes africaines.

Le parc archéologique de Tipaza : Tipaza fut une des plus belles villes résidentielles de la côte méditerranéenne; ses ruines témoignent de son ancienne splendeur. Visiter Tipaza, c'est remonter jusqu'aux temps où trônaient les dieux : Melgart, Ashmoun, Tanit et Ba'al Ham­mon.

La partie la plus importante du parc archélogique est consti­tuée par les ruines et monuments romains, mais il recèle aussi des vestiges de la période punique, qui datent des Ve et VI'. siècles avant J.C. La localisation de la nécropole puni­que, en dehors de l'enceinte de la ville, laisse supposer que les dimensions de la ville, à cette époque, étaient importantes et que les Numides y trouvèrent des assises pour l'implantation d'un centre urbain, complémentaire de sol devenue Césarée, capitale de la Maurétanie césarienne... La porte monumentale de l'Ouest, appelée la a Porte Césarée nous montre l'intérêt porté par Juba Il a cette ville qui connut, sous son règne, une véritable splendeur. Comme toutes les villes romaines, Tipaza a deux rues principales le Decumanus Maximus et le Cardo.

Le Decumanus Maximus, part de la porte monumentale de l'Ouest et constitue un tronçon de la route qui reliait Césarée à lco~um. Le Cardo est la voie perpendicu­laire, qui lait angle avec le Decumanus au centre de la ville; il se prolonge vers la mer. Cette voie, pavée de dallages, donne un aperçu souterrain des remarquables égouts et des  canalisations. Du Cardo qui surplombe la mer, la vue est d'une extraordinaire beauté.

L'entree du parc archéologique se trouve à l'[st des ruines, dans une rue parallèle à la route nationale. On accède au parc national archéologique de Tipaza à la hauteur des restes d'un imposant amphithéatre, d'époque  tardive. En contournant l'amphithéâtre, par la gauche, on arrive à proximité de deux temples : le temple anonyme plus  ancien, dont l'architecture et les matériaux se distinguent des autres édifices, et le nouyeau temple, sur lequel, fut  érigée, par la suite, une basilique chrétienne; ces deux temples étaient entourés de portiques et séparés par le Decumanus Maximus, qui d'après les chroniques ouvrait un arc monumental. 

En partant vers l'Ouest, le Décumanus conduit au Nymphée, fontaine imposante, d'où l'eau ruisse­lait en cascades, sur les marches, entre les colonnes de marbre. Le Nymphée de Tipaza est considéré comme le plus beau de l'Afrique du Nord.

Plus loin, à la limite de l'enceinte et près de la Porte Monumentale de l'Ouest, se trouve le théâtre construit sur une élévation. Si la scène et les voûtes extérieures sont bien conservées, il ne reste que quatre ran­gées de gradins.

Près de la porte de l'Ouest, érigé en demi-lune, le Decuma­nus était protégé par deux tours d'enceinte; des fouilles récentes ont mis à jour les restes des dispositifs de défense intégrés aux remparts, ainsi qu'une nécropole avec columba­rium. Ces champs funéraires se trouvent être parmi les mieux conservés des premier et second sièclesde l'ère chré­tienne. A 200 m plus au nord, ont été découvertes la nécropole punique et d'autres tombes pré-romaines dont le riche mobilier est exposé au musée.

A partir du théâtre, le chemin en direction de la mer, passe entre un puits romain et une piscine et aboutit à la Grande Basilique Chrétienne, qui surplombe une colline, Ras Knissia. Probablement construite au IVe siècle, longue de 52 m et large de 42 m, elle comptait neuf nefs, séparées par des colonnes surmontées d'arcades; les nefs centrales étaient pavées de mosaïques.

Au nord de la basilique, se trouvent les restes de diverses dépendances une chapelle, un baptistère avec sa piscine entourés de degrés et de petits thermes Au-delà de cet ensemble, les restes d'une tour cylindrique marquent la limite Nord-Ouest. De l'enceinte, l'on pénè­tre dans un vaste cimetière chrétien, qui comprend un grand nombre de sarcophages en pierre et de tombeaux creusés dans lè roc, et sans doute utilisé, bien avant la conquête romaine.

Un grand mausolée rond, une chapelle à trois vaisseaux dont la nef centrale était pavée de mosaïques, exposées actuelle­ment au musée des Antiquités d'Alger, des tombeaux, une crypte composent les principaux éléments de cette nécro­pole.

De la grande basilique Chrétienne, le chemin, à gauche, des­cend jusqu'au Cardo, en passant par un édifice à l'escalier monumental, une manufacture, les petits thermes et une villa romaine qui garde encore des traces de mosaïques. Non loin, le Cardo plonge vers la mer. A l'angle du Cardo et de la vie De cumanus, une riche propriété en bordure de mer, possédait des thèmes privés ,un solarium;la maison était peite , d'où son nom "LA villa de fresque".

En suivant la voie Decumanus vers l'est,toujours à proximité de la mer , un petit sentier en escalier s'engage dans le secteur le plus ancien de Tipaza ,couvert de maquis.Ici , on trouve basilique judiciaire datant du IIIe suécle de notre ère,où fut découverte la magnifique mosaïque des ésclaves ,exposée au musée de Tipaza.Le forum , au-dessusde la basilique judiciaire ,a trés bien conservé toutes ses dalles ,ses dépendances ,son écurie ,sa tribune et un temple.Non loin se trouve une petite basilique ,située ben directe du phare .Le nouveau temple et l'anphithéâtre donnent accés au Jardin-musée où, sont exposés des fragments architecturaux:chapitaux ,sarcophage , jarres et d'autres objets provenant des fouilles. la nécropole de l'Est, dite promontoire de Sainte-salsa , fut érigée sur le tombeau de la martyre.Autour de la basilique se trouvait un cimetière renfermant des sarcophages bien conservée.Une chapelle ,dédiée aux Saits Pierre et Paul,s'adosse au rempart à l'Oest de la necropole.

source : ifrance.com/algerieguide/


A la Une
Algérie
Monde
Economie
Culture
Sports
Sciences
Informatique
Alger
Blida
Boumerdès
Tipaza